Que vous couriez pour le plaisir ou que vous vous entraîniez pour un marathon, des chaussures de course adaptées constituent une base solide pour tout votre corps, peuvent aider à prévenir les blessures et rendent l’enregistrement de ces kilomètres beaucoup plus agréable. En fin de compte, la bonne paire vous ira bien dès le départ et complétera votre style de course.

Voici les principaux points de décision pour vous aider à trouver une chaussure qui vous ira et vous fera du bien :

Où comptez-vous vous présenter ?

Les chaussures de course sur route sont conçues pour le pavage et les incursions occasionnelles sur des surfaces damées présentant de légères irrégularités. Légères et flexibles, elles sont conçues pour amortir ou stabiliser les pieds lors de foulées répétitives sur des surfaces dures et régulières.

Elles sont idéales pour les personnes qui courent sur les trottoirs, les routes, les tapis roulants ou les pistes. Les chaussures de course sur route ont des semelles plus plates et plus lisses afin de créer une surface uniforme pour la course sur les routes pavées.

Les chaussures de trail running sont conçues pour des parcours hors route avec des rochers, de la boue, des racines ou d’autres obstacles. Elles sont dotées de crampons plus grands (les “taquets” de la semelle extérieure) que les chaussures de course sur route pour une meilleure adhérence sur les terrains accidentés.

Elles sont parfois renforcées par des plaques sous le pied pour aider à protéger vos pieds des rochers ou des objets pointus. Elles sont généralement plus rigides au niveau de la semelle intermédiaire pour un meilleur soutien sur les sentiers accidentés et les surfaces inégales.

Les chaussures d’entraînement sont conçues pour les séances d’entraînement en salle de sport, l’entraînement croisé ou toute activité d’équilibre où il est préférable d’avoir un contact plus important avec le sol plutôt qu’une semelle épaisse.

Se sentir bien avec les chaussures

Le “roulement” assuré par vos chaussures est déterminé par deux aspects de l’amortissement : la fermeté de la mousse et l’épaisseur (également appelée hauteur d’empilement) du matériau de la chaussure entre vos pieds et le sol.

Le matériau de la semelle intermédiaire est généralement un type de mousse, généralement de l’EVA ou du polyuréthane, qui aide à absorber les impacts lorsque vos pieds frappent le sol. Qu’il s’agisse d’une semelle intermédiaire à amortissement maximal ou d’une semelle sans amortissement, l’épaisseur ou la fermeté de la semelle intermédiaire sous vos pieds est une question de préférence personnelle.

Certains coureurs souhaitent une course douce et confortable. D’autres ne veulent pas ou n’ont pas besoin d’autant de coussins, préférant une plus grande réactivité à chaque foulée. La meilleure façon de prendre une décision est d’essayer différentes chaussures et de voir comment elles sont confortables.

Voici vos choix en matière d’amortissement :

  • Amortissement maximal : Ces chaussures maximalistes offrent un rembourrage épais au niveau de la semelle intérieure pour une sensation de peluche ultime. Les coureurs peuvent préférer le confort d’une mousse plus épaisse et plus souple sous le pied lorsqu’ils courent de longues distances ou des courses de plusieurs jours. Mais un rembourrage super doux n’est pas pour tout le monde. Certains n’aiment pas la sensation d’écrasement. Pour en savoir plus sur les chaussures maximalistes, lisez “Ce que vous devez savoir sur les chaussures de course maximalistes”.
  • Amortissement modéré : Les chaussures à amorti modéré sont un équilibre entre un confort doux et un amorti mince ou inexistant. Vous trouverez probablement une variété de chaussures dans cette catégorie.
  • Minimaliste : Les chaussures avec un minimum de rembourrage au niveau des semelles sont préférées par les coureurs qui veulent sentir leur connexion avec le sol sous elles. Les coureurs qui ne jurent que par des chaussures minimalistes disent qu’ils imitent de près une démarche plus naturelle lorsqu’ils courent.
  • Chaussures pieds nus : Le terme “pieds nus” fait référence aux chaussures qui offrent la sensation la plus proche de celle d’être pieds nus. Beaucoup d’entre elles n’ont pas de coussin au niveau du talon et une très fine couche – aussi peu que 3-4 mm – de chaussure entre le pied et le sol et n’offrent pas de soutien de la voûte plantaire ni de caractéristiques de stabilité.

Comprendre la chute

La chute du talon d’une chaussure représente la différence de rembourrage entre le talon et la pointe de la chaussure, mesurée en millimètres. La chute affecte principalement la façon dont votre pied touche le sol.

Une chaussure de course traditionnelle a généralement un talon d’environ 10 mm et plus. Elle offre beaucoup de coussin dans le talon et favorise l’atterrissage en premier sur le talon au fur et à mesure que le pied se déplace. En revanche, une chaussure à chute nulle signifie qu’il y a autant de coussin sous le talon que sous les orteils.

Plus la chute est faible, plus la chaussure favorise une frappe au milieu du pied, considérée par beaucoup comme ayant une foulée d’impact plus faible qu’une frappe au talon. N’oubliez pas que plus la dénivellation est faible, plus votre tendon d’Achille devra travailler. Pour les personnes habituées à une chaussure traditionnelle, toute chaussure à faible dénivelé (de 0 à 8 mm environ) peut nécessiter une période d’adaptation.

De quel support avez-vous besoin ?

Comment votre pied touche-t-il le sol lorsque vous courez ? La pronation est la façon naturelle dont votre pied roule vers l’intérieur lorsqu’il heurte le sol et se propulse ensuite vers l’avant. Il existe trois types différents de pronation, et vous pouvez vouloir des chaussures dont les caractéristiques soutiennent votre niveau de pronation.

Les marques utilisent différentes technologies et caractéristiques de chaussures qui réduisent l’excès de mouvement. Ces technologies sont destinées à guider le pied dans une transition plus douce.

  • Pronation de base (Aussi appelée Pronation Neutre) Lorsque votre pied roule vers l’intérieur d’une quantité typique. Elle vous aide à absorber l’impact et à soulager la pression sur les genoux et les articulations. C’est une caractéristique normale des coureurs neutres et biomécaniquement efficaces.
  • Surpronation : Lorsque votre pied roule excessivement vers l’intérieur, vous risquez de vous blesser. Les surpronateurs peuvent vouloir des chaussures de stabilité ou de contrôle des mouvements. Recherchez des modèles d’usure près de votre gros orteil et de la semelle intérieure à la pointe du pied.
  • Supination : Lorsque votre pied roule vers l’extérieur lorsqu’il touche le sol. Relativement peu de coureurs sont en supination, mais ceux qui le font peuvent vouloir des chaussures plus souples et plus amortissantes. Recherchez des signes d’usure le long du bord extérieur de votre chaussure.

Bien se chausser

Rien de tel que d’essayer ses chaussures en personne pour se faire une idée de leur forme. Vous trouverez ci-dessous des conseils pour obtenir un bon ajustement.

Faites mesurer vos deux pieds : La taille de vos pieds change avec le temps, il est donc important de vous faire mesurer lorsque vous essayez de nouvelles chaussures de course.

Essayez vos chaussures à la fin de la journée : Vos pieds gonflent tout au long de la journée et seront plus grands à la fin de la journée. Cela vous permet d’éviter d’acheter des chaussures trop petites.

Visez la longueur d’espace d’une vignette dans la boîte à chaussures : Vous devriez pouvoir bouger vos orteils. La largeur doit être confortable mais laisser un peu d’espace pour que votre pied puisse bouger sans frotter. Les lacets doivent être serrés mais pas trop serrés.

Essayez les deux chaussures : Certaines personnes ont un pied plus large. Essayez la chaussure droite et la chaussure gauche et trouvez la paire qui convient à votre pied le plus large.

Apportez des semelles intérieures, des chaussettes de course ou des orthèses (si vous les utilisez) : Elles influencent la façon dont votre chaussure s’adapte. Assurez-vous qu’elles soient confortables dès le départ. Vous n’avez pas besoin de casser vos chaussures de course.

Envisagez d’acheter des semelles de rechange (aussi appelées semelles plantaires). Il existe des modèles de semelles qui peuvent améliorer le confort, le soutien ou l’ajustement – ou les trois. Consultez notre article sur les conseils d’experts sur les semelles : Comment choisir.

Soyez attentifs à l’ajustement des marques. Chaque marque possède son propre modèle de pied, ou “forme”, de sorte que vous obtiendrez un meilleur ajustement si votre pied est proche de la forme d’une marque particulière. C’est une chose qu’un spécialiste de la chaussure doit savoir, c’est pourquoi une séance d’ajustement en magasin est essentielle.

Lacez vos chaussures correctement : Certaines techniques de laçage peuvent améliorer l’ajustement de vos chaussures. La boucle du coureur, par exemple, peut aider à bloquer votre talon en place. Le laçage de fenêtre (laçage en boîte) peut aider à soulager les points de pression sur le dessus de votre pied.